Art I Pomme

Gourmande d'art, de sciences et de brico/déco... tout ça à la fois

04 novembre 2007

Courbet au Grand Palais

C'est l'EXPO événement de l'Automne. THE Expo. Je ne voulais en aucun cas la manquer. J'ai donc profité d'un petit trajet à Paris pour aller voir cette expo dans la foulée. Quand j'ai dit que j'allais voir Courbet : "mmh mouaih c'est bien :s" les gens n'avaient pas l'air enthousiasmé pour m'accompagner. Devant leur expression, je me suis dit qu'ils ne savaient pas en fait de quoi je parlais. "Le peintre tu sais? Gustave, je suis certaine que tu as déjà vu son autoportrait, et puis "La naissance du monde"". Et là un sourire qui se transforme vite en éclat de rire.... "Ah le peintre, je comprenais pas pourquoi tu voulais aller voir Julien Courbet...mdrrrrrrr". (véridique, plusieurs personnes ont eu la même réactions :) )
Bah oui j'avais juste oublié que dans mon entourage tout le monde n'avait pas fait d'histoire de l'art :s

affiche_250
Le Désespéré, autoportrait (1843-1845).
Courbet, qui avait compris l'impact de la représentation personnelle, a multiplié les autoportraits pour faire connaître son visage.


Ce parcours long de 1 500 mètres nous plonge au cœur de l’univers de Gustave Courbet à travers 120 peintures, une trentaine d’œuvres graphiques et environ 60 photographies. Je ne pensais pas que l'expo serait aussi longue. On y découvre une nouvelle lecture de l’œuvre du peintre à travers 8 sections :

L'invention de Coubet : les autoportraits de jeunesse
De l'intime à l'histoire
Les manifestes
Paysages
La tentation moderne
Le nu, la tradition transgressée
Le peintre en chasseur mélancolique
L'expérience de l'histoire : Courbet et la Commune

Conçue par une batterie de quatre commissaires, l’exposition Courbet a le mérite, non seulement de replacer le travail de l’artiste dans son contexte, à savoir l’émergence du réalisme à la suite du bouleversement esthétique que constitue la découverte de la photographie, mais également de recentrer son œuvre en présentant des toiles moins connues, parfois d’une qualité médiocre. Ce qui souligne la complexité de son œuvre de ses liens parfois paradoxaux avec la représentation du réel et la tradition picturale. Elle réévalue la place de l'artiste dans son époque, analyse ses liens avec les autres arts, la photographie en particulier.

spéciale GEEK
Et pour s'ajouter à tout ça, vous pourvez même télécharger le Podcast de l'expo. 40 titres mp3 pour vous faire votre propre audioguide. (pour 3€, l'audioguide sur place 5€). J'ai trouvé ça super pratique...

alors..... Bonne visite, et venez me raconter ce que vous en avez pensé... vous avez jusqu'au 28 Janvier.

Pour plus d'info cliquez sur l'affiche de l'expo, ça vous mênera direct sur le site...

Posté par artipomme à 12:19 - Sorties - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • c'est pas beau de se moquer des incultes comme moi :p (je ne comprenais pas pkoi tu avais RDV avec Julien Courbet !!)
    A part ça, je confirme,allez y, surtout si comme moi vous n'avez pas fait d'histoire de l'art (craneuse :p)son univers est vraiment interessant car réaliste et poétique (parfois!!) "le desespéré" et la série de vagues valent vraiment le détour

    Posté par Lolo13, 04 novembre 2007 à 22:09
  • IL est trrroooopppp beau, jle veux en vrai !!!
    (oublie pas toshop pour moi hein )
    bizz

    Posté par arrakis, 05 novembre 2007 à 14:01
  • arrakis > un chevelu, ça m'aurait'étonné hihi
    Lolo > mais non je me moque pas de toi je me moque surtout d'arrakis hein!!

    Posté par artipomme, 05 novembre 2007 à 19:52

Poster un commentaire